George Sand en images

Oeuvres des artistes

Les peintres

Achille-Etna Michallon (1796-1822) est un peintre français, né et mort à Paris. Il est le fils du sculpteur Claude Michallon.Ancien collaborateur de Coustou il contribue à la restauration du Louvre, il meurt en 1796.Achille prend ses premiers cours de dessin avec David et remporte en 1817 le premier prix de paysage historique qui vient d'être créé. Il part à Rome pour quatre ans, suit l'enseignement de Pierre-Henri de Valenciennes et tombe amoureux des vieilles villes du latium, et décide de descendre à Naples et Salerne. Corot lui doit beaucoup. Hélas Achille meurt trop jeune à l'âge de 26 ans.

+

Prosper Marilhat(1811-1847), est né à Vertaizon. Célèbre orientaliste, il est  le plus notable des peintres nés en Auvergne. Il  délaisse sa région pour l'Egypte. Attaché en tant que dessinateur à une mission scientifique allemande, il voyage avec Mr Hugel , riche seigneur prussien.

Il parcourt la Grèce, l'Egypte et l'Asie Mineure avant de rentrer en France sur le bateau qui transporte l'obélisque de Louxor. Il reçoit de ces pays un véritable choc qui le marquera toute sa vie . Marilhat cherche avant tout à traduire la vérité; il peint les paysages et les architectures avec précision, sans rechercher l'anecdote.

+

Eugène Isabey (1804-1886) est le fils de Jean- Baptiste Isabey . D'origine francomtoise (bien que ce nom soit répandu en Anatolie) peintre à succès, il a été le peintre du Premier consul puis de la famille impériale, grâce à Madame Campan ex-femme de chambre de Marie Antoinette, qui l'a présenté en 1795 à Joséphine de Beauharnais. Il est  tracassé par la police lors de la Restauration. Puis Louis XVIII lui commande son portrait . Et  les grandes réceptions  recommencent à l'hôtel particulier des Isabey , rue des Trois Frères. Le jeune Eugène veut travailler en mer mais devant le succès de ses marines il embrasse le métier de peintre encouragé par un père bienveillant.

+

Jules Louis Philippe Coignet (1798-1860) est un peintre, dessinateur, lithographe, né à Paris, élève de Jean Victor Perrin, s'intéresse à l'antique et séjourne en Italie, en Grèce, en Egypte, en Syrie...

On peut différencier deux types de dessins, l'un étudiant les détails isolés de leur contexte et l'autre des vues générales composées de paysages, de sites de villes. Les études de détails s'appliquent à rendre les différences de matières: les roches, les mousses, les bois, les feuillages, les troncs à grosse écorce.

+

George Sand

La ville noire n'est pas un des titres les plus connus de George Sand, ni un des meilleurs; cependant, ce roman a sa place dans l'histoire littéraire car il fait partie des premiers romans décrivant le monde ouvrier avec beaucoup de réalisme, plus de vingt ans avant Germinal (1885) d'Émile Zola. George Sand arrive à Thiers depuis Ambert en compagnie de son secrétaire et de l'actrice Bérengère, le vendredi 24 juin 1859 au soir, pour n'en partir que le dimanche 26 en direction de Riom.

Ils se rendent à l'auberge de l'Aigle d'Or une des dernières bâtisses au nord est de la ville. C'est au matin du 25 que le trio descendant vers la Durolle.Là George Sand remontant la Durolle dans ses gorges resserrées jusqu'au du Bout du Monde laisse libre court à son imagination...

 

«La ville noire», c'est tout d'abord Thiers, que l'auteur ne mentionne jamais. En effet le roman se déroule sur les bords de la Durolle parmi des fabriques qui sont encore essentiellement des papeteries, des tanneries et des coutelleries. L'auteur dépeint le quotidien d'un ouvrier: travail long et difficile dans la chaleur, le bruit de la forge et l'humidité de l'atelier. George Sand retrace avec réalisme les conditions du travail industriel naissant. éjour dans la cité thiernoise se situe au moment ou deux mondes se croisent encore: celui des couteliers, ces hommes vêtus noirs, qu'elle oppose  à celui des papetiers « hommes de leau » qui gardent les mains blanches et dont les fabriques disparaitront bientot.

+

George Sand en images

Fr En De
AGENDA
Tout l'agenda